De qui vient cet appel ?

L’appel à l’action vient de celles et ceux qui se battent contre le projet de ligne THT Cotentin-Maine et contre l’EPR, des militants, des riverains, des jeunes, des anciens, des femmes, des hommes…  Pour ne pas engager la responsabilité d’associations existantes, il a été décidé de concentrer les appels et informations sur ce site ( http://pylones.noblogs.org ). Le recours à la désobéissance civile implique les gens à titre individuel. En revanche, rien n’empêche telle ou telle organisation de soutenir cette démarche.

Comment on enlève un boulon d’un pylône ?

Avec des clefs, plus ou moins grosses en fonction des boulons : Clef à molette, clef anglaise, clef plate de 30, 36 ou 46… Certains pylônes sont entièrement repeints, ce qui rend plus difficile le dévissage.

 

voir la vidéo :

http://blip.tv/pylones/d%C3%A9pylonage-mode-d-emploi-5867656

Est-ce dangereux ?

Non. Enlever quelques boulons d’un pylône ne le fera pas tomber. Mais cela obligera RTE à repasser derrière nous pour remettre ces boulons.

Les gendarmes vont nous empêcher de faire ça ?

Ils essayeront, peut-être. L’action est préparée pour contourner ce problème ;-), sans violence. Si nous sommes nombreux, partout dans l’ouest et dans le reste de la France, nous avons de grandes marges de libertés. L’intelligence collective nous permettra de trouver des sollutions contre la pression des forces de l’ordre.

Vont-ils tous nous embarquer ?

Il sera difficile pour eux d’embarquer 100 personnes ou plus. Chacun et chacune sera libre de donner ou nom son identité. L’action étant assumée, il sera difficile d’échapper au fait d’être reconnu par des gendarmes, ou pris en photo par eux. De même, des familles pensant venir, il sera difficile, médiatiquement parlant, d’embarquer tout le monde. Soyons solidaires.

Qu’est-ce qu’on risque ?

On risque moins que d’avoir des pylônes sur la tête et moins que si une centrale nucléaire explose. Le risque juridique existe : on peut nous accuser de dégradations, « en réunion » en plus, on peut nous accuser de trouble à l’ordre public. Mais dans le cadre d’une action en grand nombre, avec une légitimité très forte, le risque diminue fortement. Si vous êtes très inquiets par rapport aux risques juridiques, vous pourrez vous mettre en retrait mais il faut qu’un maximum de personnes aille au pied du pylône.

Les média vont-ils venir à ce rendez-vous ?

L’appel étant rendu public, il est probable que des journalistes couvrent l’action. Chacun, sera libre de leur parler ou non, d’être visible ou non. Nous leur demanderons de ne faire que des « plans larges » au moment du déboulonnage. Quelques personnes se chargeront de faire passer les idées forces de notre message. Apportez vos banderoles.